Romain Guilleaumes - Photo - Bernard Willems  
 

Intégrale alphabétique
Romain Guilleaumes sur Facebook
Intégrale alphabétique

Accueil

NOUVEAUTES

Le Bûcher
des Illusions

RECUEILS

- 2004 -
Impertinences
- 2004 -
Solitudes
- 2005 -
Errance
- 2006 -
Sans, tu mens
- 2007/08 -
Plume de fiel
- 2007 -
Diverses idées
- 2007/08 -
Amertumes
- 2007/08 -
A vrai dire
- 2008 -
Faim de vie
- 2009 -
Salmigondis
- 2010 -
Reliefs & Digestifs
- 2010/11 -
Chapitre 48
- 2011/12 -
L'Amanite humanoïde
- 2011/12 -
Le Crachoir à Venin
- 2011/12 -
Tourments
- 2012 -
L'Homme in idées
- 2012 -
Mots & Maux
- 2012 -
L'Empire intérieur
- 2012 -
Opinions sur rue
- 2012/13 -
Cap 50 !
- 2012/13 -
Ombres et lumières
- 2013 -
Apophtegmes
- 2013 -
Considérations
- 2013/2014 -
Ainsi fut dit
- 2013/2014 -
Confidences
- 2013/2015 -
Sec et cinglant
- 2014 -
Midi en l'an quatorze
- 2014 -
Regards
- 2014/2015 -
Vieux Tiroirs
- 2014/2015 -
Partis Pris
- 2014/2015 -
Vérités importunes
- 2014/2015 -
N & Rage
- 2014/2015 -
Passager de la Vie
- 2014/... -
Ronchonnades
- 2015/... -
Péremptoire !
- 2015/... -
Bleu nuit
- 2014/2015 -
L'Impudique
- 2015/... -
Jours de Colère
- 2015/... -
Le Fâcheux
L'INTÉGRALE
Contact
Portrait
Copyright


"Le Bûcher des Illusions"
est le titre générique de recueils d'aphorismes de Bernard Willems-Diriken, dit Romain Guilleaumes.


..  
 

Nouveautés :

Bas à délicats motifs noirs valorisant de jolies gambettes, ravissant et séduisant sourire à faire fondre les cœurs les plus endurcis, dépités ou désabusés, magnifique regard à provoquer de fortes émotions pour celui qui, bientôt captif, le croise hypnotisé, elle dispose de ces atours qui ne quittent notre mémoire au long de ces mois ou de ces années qui nous en tiennent éloigné, égaré que nous sommes sur des sentiers affectifs cahotants qu'il nous faudra bien quitter un jour pour tenter de la rencontrer et, enfin, nous laisser séduire sans réserve ni limite.

Qu'importent ses amis et confidents, je ne verrai qu'elle et mes yeux bleus ne se mireront pas dans son captivant regard mais s'y plongeront et s'y noieront avec bonheur et délice. Elle sait !

(L'Impudique)

L'homme dont l'existence se déroule sans descendance entend en lui une petite voix qui lui serine qu'une vie sans enfant est une vie inachevée.

L'enfant n'étant rien sans sa maman, le plus grand devoir de l'homme est de lui trouver une mère aux multiples et précieuses qualités.

(Passager de la Vie)

La mentalité des immigrés et de leurs lignées les amène dans un pays, ou dans la vie privée d'une autre personne, pour s'y servir de ce qui leur manque, qu'ils estiment à tort leur être dû par droit naturel, et leur fait exiger par la suite une foultitude de droits et privilèges au détriment de leurs hôtes, sans jamais admettre pour autant d'avoir à concéder quoi que ce soit en retour.
(Le Fâcheux)

Mises à jour, suite (...)


.Extraits :

L'existence est un bûcher où, du premier au dernier jour, nous brûlons nos illusions jusqu'à l'ultime, l'hypothèse d'un sens à la vie.  [→]
(Solitudes) (+)

La maturité est cette dignité que l'on acquiert en faisant siens les partis pris d'un ensemble social que l'on intègre.  [→]
(Reliefs et Digestifs) (+)

Quand l'amour s'habille de douceur, il se fait appeler tendresse.  [→]
(Sans, tu mens...) (+)

Il est un fleuve tumultueux entre deux néants. On peut y nager laborieusement, y surnager superbement ou y sombrer submergé d'effroi, mais tous finissent par s'y noyer. Ce fleuve, c'est la vie.  [→]
(Midi en l'an quatorze) (+)

Les communautés humaines sont détestables. Pour s'en convaincre, il suffit d'entendre ce qui s'y dit des absents.  [→]
(Amertumes) (+)

L'obscurantisme interdit que soit cru autre chose que ce qu'il estime digne d'être su. Il règne en maître absolu sur toutes les sociétés humaines, jusqu'aux plus libérales, car toutes sont mues par leurs partis pris fondateurs et par les mythes qui garantissent leur cohésion sociale.  [→]
(Reliefs et Digestifs) (+)

S'il n'est la réponse à un authentique repentir,  le pardon n'est qu'aveu de faiblesse.  [→]
(A vrai dire) (+)

Armures et boucliers que nous impose la fragilité de l'être ne tombent et ne s'abaissent qu'aux merveilleux instants de grâce qu'offrent parfois l'amour et l'amitié.  [→]
(Faim de vie) (+)

Aimer impunément, sans en souffrir un jour, n'est pas destin d'humain.  [→]
(L'Empire intérieur) (+)

Ton esprit manque à mes jours, ta peau manque à mes nuits.  [→]
(Ombres et lumières) (+)

L'homme ne s'élève intellectuellement qu'à mesure qu'il parvient à distinguer ce qu'il croit de ce qu'il sait.  [→]
(Apophtegmes) (+)

L'amour véritable ne se choisit pas plus qu'il ne se cherche, c'est lui qui nous trouve.  [→]
(Midi en l'an quatorze) (+)
 

© Romain Guilleaumes ..