Bernard Willems-Diriken, dit Romain Guilleaumes - Photo  
 

Intégrale alphabétique
Romain Guilleaumes sur Facebook
Intégrale alphabétique

Accueil

NOUVEAUTES

Le Bûcher
des Illusions

RECUEILS

- 2004 -
Impertinences
- 2004 -
Solitudes
- 2005 -
Errance
- 2006 -
Sans, tu mens
- 2007/08 -
Plume de fiel
- 2007 -
Diverses idées
- 2007/08 -
Amertumes
- 2007/08 -
A vrai dire
- 2008 -
Faim de vie
- 2009 -
Salmigondis
- 2010 -
Reliefs & Digestifs
- 2010/11 -
Chapitre 48
- 2011/12 -
L'Amanite humanoïde
- 2011/12 -
Le Crachoir à Venin
- 2011/12 -
Tourments
- 2012 -
L'Homme in idées
- 2012 -
Mots & Maux
- 2012 -
L'Empire intérieur
- 2012 -
Opinions sur rue
- 2012/13 -
Cap 50 !
- 2012/13 -
Ombres et lumières
- 2013 -
Apophtegmes
- 2013 -
Considérations
- 2013/2014 -
Ainsi fut dit
- 2013/2014 -
Confidences
- 2013/2015 -
Sec et cinglant
- 2014 -
Midi en l'an quatorze
- 2014 -
Regards
- 2014/2015 -
Vieux Tiroirs
- 2014/2015 -
Partis Pris
- 2014/2015 -
Vérités importunes
- 2014/2015 -
N & Rage
- 2014/2015 -
Passager de la Vie
- 2014/... -
Ronchonnades
- 2015/... -
Péremptoire !
- 2015/... -
Bleu nuit
- 2014/2015 -
L'Impudique
L'INTÉGRALE
Contact
Portrait
Copyright


"Le Bûcher des Illusions"
est le titre générique de recueils d'aphorismes de Bernard Willems-Diriken, dit Romain Guilleaumes.


..  
 

.Nouveautés :

Un État de droit n'est pas le pays où l'on peut tout se permettre, mais celui où les droits et le mieux-être de tous dépendent du respect scrupuleux des lois par chacun.  [→]
(Péremptoire !)

Quel grand malheur ce doit être de préférer la mort à une vie médiocre et douloureuse, lorsqu'on n'a d'autre rêve que celui d'une impossible vie sereinement heureuse.  [→]
(Passager de la Vie)

Les psychopathes sont avant tout des individus qui ne respectent pas de règles et qui s'accordent tous les droits, niant systématiquement leurs torts, car ils ne reconnaissent l'autorité de rien et de personne sinon d'eux-mêmes.

De ces monstres d'égoïsme, notre "civilisation" décadente et dégénérée regorge à l'envi.

Seule, une incorruptible main de fer glissée dans un gant d'acier pourrait encore espérer les éduquer ou les rééduquer.  [→]
(Partis Pris)

La lie du calice est particulièrement amère, mais on la boira tant qu'elle nous paraîtra plus douce que la ciguë.  [→]
(Passager de la Vie)

Mises à jour, suite (...)


.Extraits :

L'existence est un bûcher où, du premier au dernier jour, nous brûlons nos illusions jusqu'à l'ultime, l'hypothèse d'un sens à la vie.  [→]
(Solitudes) (+)

La maturité est cette dignité que l'on acquiert en faisant siens les partis pris d'un ensemble social que l'on intègre.  [→]
(Reliefs et Digestifs) (+)

Quand l'amour s'habille de douceur, il se fait appeler tendresse.  [→]
(Sans, tu mens...) (+)

Il est un fleuve tumultueux entre deux néants. On peut y nager laborieusement, y surnager superbement ou y sombrer submergé d'effroi, mais tous finissent par s'y noyer. Ce fleuve, c'est la vie.  [→]
(Midi en l'an quatorze) (+)

A la vengeance, je préfère la revanche ; à la souffrance infligée sans gloire, la noble victoire qui fait rager.  [→]
(Errance) (+)

Un sourire, un éclat de rire, des caresses, un amour et des amis, voilà dépeint le plus riche de tous les royaumes qu'un cœur puisse habiter.  [→]
(Chapitre 48) (+)

Les communautés humaines sont détestables. Pour s'en convaincre, il suffit d'entendre ce qui s'y dit des absents.  [→]
(Amertumes) (+)

L'obscurantisme interdit que soit cru autre chose que ce qu'il estime digne d'être su. Il règne en maître absolu sur toutes les sociétés humaines, jusqu'aux plus libérales, car toutes sont mues par leurs partis pris fondateurs et par les mythes qui garantissent leur cohésion sociale.  [→]
(Reliefs et Digestifs) (+)

S'il n'est la réponse à un authentique repentir,  le pardon n'est qu'aveu de faiblesse.  [→]
(A vrai dire) (+)

Armures et boucliers que nous impose la fragilité de l'être ne tombent et ne s'abaissent qu'aux merveilleux instants de grâce qu'offrent parfois l'amour et l'amitié.  [→]
(Faim de vie) (+)

Aimer impunément, sans en souffrir un jour, n'est pas destin d'humain.  [→]
(L'Empire intérieur) (+)

Ton esprit manque à mes jours, ta peau manque à mes nuits.  [→]
(Ombres et lumières) (+)

L'homme ne s'élève intellectuellement qu'à mesure qu'il parvient à distinguer ce qu'il croit de ce qu'il sait.  [→]
(Apophtegmes) (+)

L'amour ne tolère pas la tiédeur ; on aime absolument ou pas du tout !  [→]
(Regards) (+)

L'amour véritable ne se choisit pas plus qu'il ne se cherche, c'est lui qui nous trouve.  [→]
(Midi en l'an quatorze) (+)
 

© Romain Guilleaumes ..